Crazy taxi

 

1


Développeur/ Editeur : SEGA, Hitmaker
Genre : Arcade, 1 Joueur
Format : Borne d’arcade, Dreamcast, etc
Année : Avril 2000

La console Dreamcast est là pour assouvir en priorité les fans d’arcadeet elle s’impose comme la digne remplaçante de la Neo Geo.
La particularité de la machine amène une facilité à programmer des jeux venant des cartes Naomi 1&2.

6

L’arcade à domicile

Crazy taxi : une excellente conversion d’un jeu d’arcade à grand succès débarque à présent sur d’autre format que la Dc : la Ps2 dont le soft est rigoureusement identique.
La borne d’arcade occupait une petite place, mais les accessoires : volant et les pédales se trouvaient bien à leur place. La personne jouant debout, prenait quelques décibels puisqu’une grosse enceinte appelée Boomer « récitait » les musiques dynamiques.

Dans cette simulation délirante de conduite de taxi, de nouveaux modes en plus, deux endroits de la ville en référence à San-Fransico et des missions ont été ajoutées pour encore plus de plaisir sur Dreamcast.
Prenez le volant d’un des 4 taxis et devenez un des chauffeurs les plus fous en prenant des passagers et en ramenant à destination le plus vite possible.

 

2

 

Petite présentation

Gena, la seule femme conduit de façon cool et elle s’adresse plus à des joueurs débutants. B.D.Joe, le fumeur de « joints » sort des vannes à chaque manœuvre effectuée.

Choisissez les itinéraires les plus courts dans cette ville très animée et maîtrisez au mieux votre conduite afin de gagner un maximum de dollars.
Des manœuvres comme le crazy drift consiste à faire chasser le taxi, ce système apporte de l’argent à votre commission.

Au moment où vous prenez un client, ce dernier vous accorde une période de temps pour relier l’endroit désiré.
Si par hasard, vous arrivez en retard, le client quitte votre véhicule en cours de route ou si vous arrivez à la dernière seconde, ce dernier vous insultera.
Pour encore plus de fun, une bande son très rythmée agrémente ces folles aventures routières !

3

 

Conduite démente

Crazy taxi reste l’une des grandes valeurs de le Dreamcast, de plus il est intéressant de rejouer quelques parties de temps en temps.
Un mode deux joueurs aurait pu être intégré, mais les fans d’arcade jouent souvent seul, mais on peut se passer le joypad à chacun et l’affaire est résolue, puisque les parties ne durent que quelques minutes.

L’ambiance du jeu est superbe, avec des musiques certes répétitives du groupe américain OFFSPRING qui correspondent à un style complètement déjanté.
Certaines personnes ne vont pas aimer cette musique de dingue, tant pis pour ceux car ils ratent quelque chose.

Des clients comme le prêtre qui vous demande de l’amener à l’Eglise, ou le jeune qui désire se rentre à la jeannerie Levil’s à travers une circulation dense.
Des grandes marques de magasins ont donné leurs accords pour qu’ils apparaissent dans le jeu.

4



Valeur sûre

Crazy Taxi se montre une dérision des chauffeurs de taxi et nous portons notre agression quotidienne de la circulation sur ce jeu, là on joue les chauffards, sans dommage de notre véhicule personnel.
La conversion est parfaite, les graphismes correspondent à l’identique version d’arcade, donc SEGA a vraiment montré sa rapidité à éditer un Hit en puissance.

En réduisant, les modes vous pourrez conduire un tricycle ou vous commencez le jeu à un autre endroit où les clients apportent plus le pourboire.
Chaque partie est différente, ce qui présente un plus pour un tel style de jeu.

Ce titre titre fait partie de la mythologie des jeux vidéo pour la firme japonaise. Vous devez y jouer de temps en temps, il ne faut pas abuser des bonnes choses.

5

+ Jeu d’arcade pure et dure,
+ Parfaite conversion de la borne,
+ Simplicité à jouer,
+ Nombreux lieux à visiter,
+ Liberté de conduite,
+ La musique donnant du punch,
+ Astuces des véhicules.


- Modes de jeux inégaux,
- On voudrait avoir la borne,
- Faible durée de vie, logique pour ce genre de jeux.

7



Graphismes : 17
Maniement : 17
Son : 17
Durée de vie : 12
Scénario : -

Note Globale : 15.00/20

 

10